Annuaire equestre Annuaire équestre listé dans la catégorie Soins du cheval : Associations de sauvetage de chevaux
Google

aplombs du poulain

Aplombs du poulain


Elever un poulain requiert un investissement important, tant du point de vue économique qu’affectif, aussi, dès que notre poulain est né faut-il déjà soutenir son développement de jeune adulte harmonieux, le mieux équilibré possible. Les soins du poulain incluent naturellement une bonne gestion de l’alimentation se la mère, l’arrangement dans un box et un paddock adéquats, programmes vaccinaux et soins vétérinaires (contrôle parasitaire), mais aussi la surveillance des pieds et des aplombs. Bien que beaucoup de poulains puissent bien se développer sans l’aide d’un maréchal-ferrant, il y a deux bonnes raisons pour lesquelles il est quand même préférable de procéder à un parage de leurs sabots à intervalles réguliers. La première est qu’un poulain habitué dès le tout jeune âge au maréchal–ferrant sera docile lors de son premier ferrage à l’entrée dans l’âge adulte. La seconde est qu’il est bien plus facile de prévenir les défauts d’aplomb que de les corriger. Plus de 50% de la croissance du poulain se fait dans les six premiers mois de sa vie, aussi est-ce la période la plus critique de son développement durant laquelle les contrôles réguliers et les parages sont de haute importance et ont le plus d’effet.

Si on ne décèle pas de problèmes à la naissance, le schéma idéal prévoit le premier contrôle et éventuel parage vers les 3-4 semaines d’âge, avec une visite ultérieure toutes les 4 semaines jusqu’à ce qu’il ait 6-7 mois, après quoi on peut espacer les interventions graduellement à intervalles de 6 semaines. Pour pouvoir juger des aplombs et manipuler les membres d’ un poulain, le meilleur procédé est de le faire marcher à côté de sa mère sur une superficie plane pour ensuite travailler dans l’espace plus restreint d’un box en se faisant aider de deux personnes, une à la tête et l’autre à la queue du poulain (généralement les poulains ont moins peur de se sentir prendre le membre postérieur par la main du maréchal-ferrant aussi est-il préférable de commencer par les postérieurs). Après le parage on laissera se promener la mère et le poulain à nouveau en dehors du box pour juger du résultat. Observer les aplombs de la mère peut donner plus d’informations utiles, étant donné que beaucoup de défauts d’aplomb ont une cause héréditaire.

L’aplomb du poulain n’est pas jugé de la même manière que celui d’un adulte, dans le sens où une légère rotation externe et/ou un écartement modéré des membres antérieurs du poulain de quelques mois sont normaux, cette position offrant plus de stabilité au poulain qui possède un poitrail encore étroit et des membres relativement longs au regard de l’encolure.poulain

Le travail du maréchal-ferrant n’est pas de faire ressembler un jeune poulain à un jeune adulte, mais d’éviter que se créent des angles anormaux entre les différents segments du squelette du membre, ou si ces déviations angulaires sont présentes, d’aider à les résoudre durant la période de croissance rapide. A mesure que le poulain grandit et que ses paramètres transversaux augmentent, l’attitude à base large (aux membres écartés et tournés vers l’extérieur) diminue naturellement.

La meilleure vision du membre dans son contexte complexe s’obtient en le regardant du haut vers le bas en se plaçant à côté du poulain. Cette perspective révèle immédiatement l’éventuelle présence de déviations angulaires. En regardant de coté on peut au contraire observer si ces déviations sont dues à l’appareil musculaire tendineux et en particulier des muscles et tendons fléchisseurs et extenseurs.

Voici les altérations de croissance les plus communes et les techniques orthopédiques utiles pour les résoudre.

Déviations sagittales

L’aplomb du poulain (Deuxième Partie)- hyper extension (laxité)
Ce défaut s’observe assez fréquemment chez les nouveaux–nés et concerne généralement les deux postérieurs. Bien que pour la majeure partie des poulains il se résout spontanément avec de l’exercice modéré dans le paddock, la laxité des muscles et tendons fléchisseurs peut prédisposer à une pathologie du développement plus sérieuse comme par exemple une inflammation du ligament. Une extension plantaire appliquée avec des fers à coller ou avec des plaques d’aluminium et de résine adhésive offre immédiatement une stabilité aux articulations du membre et offre de bonnes garanties d’amélioration.

Le choix des matériaux à coller sur des poulains aussi petits doit être bien réfléchi vu la dimension de la muraille des sabots qui permet difficilement la fixation de fers orthopédiques avec des clous. Les fers peuvent causer un rétrécissement temporaire du petit pied en plein développement, c’est pourquoi on ne les laisse pas collés plus de 15 à 20 jours.

- hyper flexion (Contracture)
Ce défaut est le contraire du précédent et concerne généralement un seul ou deux des membres antérieurs, il peut être néonatal ou survenir graduellement vers les 2-4 mois d’âge surtout si le poulain grandit très vite (problème d’alimentation). L’allongement des os du membre (en particulier du tibia) est trop rapide pour une accommodation adéquate de la longueur du muscle et du tendon fléchisseur qui s’insère dans la partie inférieure de l’os du pied après être passé autour de l’os naviculaire.

Le poulain développe un pied bot ou une bouleture. Dans les cas les plus graves, les talons ne sont plus en contact avec la terre. La thérapie première est “conservatrice” : on équilibre le talon par l’application d’une ferrure collée avec une extension en pince éventuellement accompagnée d’un réhausseur cunéiforme sous le talon qui sera peu à peu réduit.aplomb poulain

Le but de cette cale sous le talons est de casser le cercle vicieux contracture –douleur – contracture qui souvent accompagne ce type de pathologie. Une thérapie anti-inflammatoire et antalgique peut être utile de surcroît, ainsi qu’une limitation de l’exercice et un changement de régime pour limiter la vitesse de croissance. Les cas qui ne répondent pas à cette thérapie initiale et qui continuent à présenter une hyper flexion de degré élevé seront amenés à subir une intervention chirurgicale (desmotomie de la bride carpienne).

Il y a cependant des risques de récidives à un pied bot ou à une bouleture, ces poulains seront à surveiller attentivement tout au long de leur croissance.



Déviations angulaires (varus – valgus)

En observant les membres de face on peut noter des angles formés au niveau des articulations entre les segments osseux. Une articulation déviée vers l’intérieur est dite valgus, si elle est déviée vers l’extérieur on l’appelle varus. Si ces variations angulaires ne sont pas corrigées durant la croissance du poulain, elles deviennent permanentes chez l’adulte causant des sollicitations disproportionnées aux articulations affectées.

Le traitement initial s’effectue en diminuant les forces de compression (extension en mamelle et quartier interne pour un valgus, extension externe pour un varus) ou par des moyens de contention(bandages ou attelles). L’effet de ces thérapies dépend surtout de la hauteur de la déviation ; une altération du sabot a un effet plus direct sur une articulation basse (par ex. le boulet) que sur une haute (par ex. le carpe) mais aussi de l’âge auquel on effectue la thérapie ; les os longs grandissent dans des zones délimitées appelées épiphyse de croissance et les différentes épiphyses des différents os ont des périodes d’activités bien distinctes. Par exemple, l’épiphyse de la première phalange proximale inférieure (boulet) se ferme vers 6 - 8 mois. Par conséquent si on veut résoudre une déviation du boulet la « fenêtre d’opportunité » est plus brève que pour une déviation du carpe (22-36 mois).Maréchal ferrant

Si la déviation initiale est de plus de 6 - 7° degrés (mesurable sur une radiographie) et si la thérapie initiale n’a pas l’effet escompté on peut recourir à diverses interventions chirurgicales dont la plus courante consiste à libérer l’épiphyse de croissance de la membrane qui la recouvre (périoste) du côté où l’on désire une croissance accélérée de l’os.

En conclusion, la gestion des défauts d’aplomb des poulains demande une bonne collaboration hautement professionnelle entre le maréchal-ferrant et le vétérinaire qui se complètent dans les soins et les éventuelles thérapies. Il est très important de respecter la régularité des contrôles sur les jeunes poulains surtout dans l’élevage de races précoces destinées à de hauts niveaux de compétition comme les trotteurs….

compteur pour blog

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×