Annuaire equestre Annuaire équestre listé dans la catégorie Soins du cheval : Associations de sauvetage de chevaux
Google

La sensibilité du cheval

L a s e n s i b i l i t é
d u
c h e v a l


Le cheval bénéficie de sens très développés hérité de son passé et de son statut de proie. La nature lui a donné les moyens de détecter rapidement les dangers potentiels afin d'organiser la fuite la plus rapide possible.

Le toucherchez le cheval n'a, bien évidemment, pas les mêmes particularités que chez l'homme. Il se traduit notamment par le tressaillement de la peau que l'on peut constater lorsque une mouche se pose sur le corps du cheval. Mais cette sensibilité est inégalement répartie sur le corps du cheval. Ainsi la tête est très sensible en particulier le bout du nez et les lèvres dont les poils qui dépassent (les vibrisses) sont d'excellents capteurs sensoriels. Le cheval se sert de son bout du nez comme l'homme se sert de ses mains pour appréhender le milieu dans lequel il se déplace. Cette sensibilité du toucher est exploitée directement par le cavalier qui s'en sert pour communiquer avec le cheval. Etant donné qu'il est capable de sentir une mouche sur ses flancs, il n'est pas utile de donner de grands coups de talons pour se faire comprendre ; s'il ne répond pas à la pression des molets c'est un problème de communication ou de volonté...

Le cheval a une visiontrès différente de la nôtre. Tout d'abord, son champ de vision est beaucoup plus large ; il voit quasiment à 360° (contre 140° pour l'homme). Cependant, si l'homme voit en relief sur l'ensemble de son champ de vision, le cheval est limité à 60° pour la vision en relief. Ses yeux, situés latéralement sur sa tête, ne lui permettent qu'une vision monoculaire (un seul oeil) sur l'essentiel de son champ de vision.
Au niveau de la qualité de la vision, on reconnaît au cheval une meilleure vision nocturne. De jour, on a constaté que le cheval distinguait moins bien les couleurs et qu'il mettait plus de temps à s'accoutumer au changement de luminosité. D'autre part, le cheval distingue mieux les mouvements même lointain. Cette particularité est encore une fois héritée de son passé de proie. Enfin, le cheval a une vision spécifique : la structure de ses yeux l'oblige à baisser ou lever la tête selon qu'il veut voir respectivement près ou loin de lui

Encore une fois, c'est l'héritage de son statut passé de proie qui explique l'excellente acuité auditivedu cheval. En effet, le cheval est doté d'un système auditif très puissant ; grâce à des oreilles très mobiles mais surtout de grande taille, le cheval est capable de capter tous les bruits qui l'entourent y compris certains ultrasons (par définition, inaudibles pour l'homme). En plus, sa sensibilité auditive est très développée si bien que le cheval peut entendre des sons de très faible intensité comme un léger bruissement de feuilles dans la forêt qui peut déclencher un réflexe de peur alors que le cavalier n'aura rien entendu. Cette sensibilité peut parfois être un handicap pour le cheval surtout dans les environnements bruyants auxquels on le confronte. En effet, trop de bruit nuit au cheval qui est accablé de partout et peut expliquer une certaine nervosité de la part de l'animal (par exemple sur les terrains de concours).
Si l'homme n'a pas un odorat particulièrement efficace contrairement aux animaux, le cheval bénéficie d'un odoratplutôt développé. Pour le cheval et tous les animaux en général, les odeurs véhiculent un nombre important d'informations essentielles ; elles permettent par exemple au poulain de reconnaître sa mère et vice-versa. A travers les crottins, un cheval est capable de retirer des informations sur l'auteur du crottin. Le cheval pratique le flehmen qui lui permet de mieux analyser les odeurs qu'il enferme ainsi dans ses fosses nasales.


Enfin, le goûtne joue pas un rôle aussi important que les autres sens. C'est pourquoi on ne s'attardera pas dessus pour le moment
compteur pour blog

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site