Annuaire equestre Annuaire équestre listé dans la catégorie Soins du cheval : Associations de sauvetage de chevaux
Google

le comportement du cheval

L e c o m p o r t e m e n t

d u
c h e v a l


Pour comprendre un cheval il faut avant toute chose se dire que c'est un être vivant et non une machine que l'on prend plaisir à monter et qui n'a pas de personnalité. Lorsque vous êtes en possession d'un chien ou d'un chat, vous lui parlez et vous vous apercevez que votre animal comprend certains mots de votre vocabulaire ... et bien il en est de même pour le Cheval. Malheureusement le Cheval est très souvent un instrument entre les mains de l'homme. On se donne la peine d'aller le voir et de le monter vite fait, alors que l'on passe plus temps à bichonner sa voiture, à faire du shopping et j'en passe. Si vous êtes convaincu(e) que le Cheval est un être doté d'une certaine intelligence, ce qui va suivre va vous intéresser.

Le cheval, qui fait rêver tant d'hommes, est un mammifère susceptible d'adaptation et de progrès, qui est doté de milliards de neurones et qui nous réserve bien des surprises à la seule condition, que nous sachions nous y prendre.

L'activité équestre met en relation un animal avec un être d'une autre espèce, à savoir, l'homme ! Cela nécessite des ajustements, en raison des différences de nature, de physique et surtout de caractère. Prenons comme exemple l'étude comparative du squelette et des muscles. Il est prouvé que , mis à part la position du corps, l'homme et le cheval sont tout deux capables de se mouvoir. La preuve en est que nous retrouvons les rayons osseux, muscles, articulations et tendons dans une disposition à peu près similaire à celle de l'homme.

Mais prenons le cas des chevaux qui vivent en pâturage. Ils y vivent en groupe hiérarchisé. Pourtant ils ne se tiennent pas à proximité les uns des autres. On peut donc prétendre que les chevaux sont des animaux grégaires mais non proxémistes. Lorsqu'un cheval vous rencontre pour la première il va vous flairer de haut en bas.

En fait le flairage chez le cheval peut lui suffire de définir votre "identité", il en va de même avec ses comparses.

En ce qui concerne l'hérédité, il existe à peu près autant de maladies, de défauts constitutionnels, de défauts et qualités morales transmis à l'individu par ses ancêtres chez l'homme que chez le cheval. A la différence, que chez l'homme les défauts moraux et qualités peuvent être modifiés, alors que le cheval, lui, les subit.

Du côté de l'affectif, on peut également comparer le cheval à l'homme, en tenant compte de l'existence d'un certains nombres d'affects comparables à certains affects humains, ainsi que certains traits psychologique, dont le présence ou l'absence chez un sujet qui détermine sa personnalité, son caractère.

Sur le plan des affects rappelons que le cheval peut être : émotionné, méfiant, inquiet, anxieux, effrayé, terrorisé, furieux, révolté, agressif, haineux, rancunier, intimidé, jaloux, possessif, déçu, dépité, agité, paisible, aimant, confiant, satisfait, abattu, triste, morne, impatient, heureux, gai, joyeux, allant, amusé, intéressé, indifférent, et hésitant.

En ce qui concerne les traits de caractère, le cheval peut être : émotif, timoré, sensible, stable, calme, placide, patient, attentif, dominateur, docile, concentré, appliqué, actif, doux, curieux, de sang-froid, joueur, conciliant, distrait, imaginatif, cabotin, impatient, agité, exubérant, hardi, froid, timide, apathique, têtu, brutal, fougueux, violent, fourbe, défiant, versatile, et volontaire.

Le jeu avec un cheval est essentiel et répond à de multiples besoins : relationnel, développement physique et mental, apprentissage social et autres, détente psychique et physique. C'est de cette manière que vous apprendrez à connaître les traits de caractère de votre cheval et ses affects. Ces jeux impliqueront à observer, imiter, feindre, imaginer et créer des fictions fictives, provoquer, devancer, parer les réactions des autres partenaires.

Mais attention à un cavalier débutant qui pourrait être surprit par les réflexes de sa monture. Les réflexes du cheval sont plus rapide que celles de l'homme. Par contre à l'inverse de l'homme qui prend des risques inutiles qui entraînent de nombreux accidents, des morts prématurées, le cheval, lui, n'est pas un risque tout ! Sa fougue n'exclut pas la prudence.

Un cheval en liberté ne prendra jamais de risques non mesurés, d'ou la nécessité pour un cheval généreux d'avoir un cavalier qui ne profitera pas de cette qualité en le poussant à prendre des risques, qu'il prendra pour donner une satisfaction au cavalier.
SES CRAINTES ET SES PEURS

Tout objet nouveau dont l'animal n'a pas l'expérience est susceptible de l'effrayer. Bien entendu, grâce à sa mémoire et à son intelligence il est capable d'identifications et de généralisations: c'est à dire, qu'il sera en mesure d'identifier une voiture même si elle est d'une sorte, d'une forme et d'une couleur qu'il n'a jamais rencontrées (certains parleraient même ici d'une forme élémentaire de conceptualisation). Mais il est en même temps plus observateur qu'on ne le penserait, et plus sensible à un petit détail nouveau qui nous échappe. Autrement dit, nous pourrons encore être surpris par des réflexes de peur, même chez un cheval que nous connaissons bien, et même en présence d'un objet très familier, pour peu qu'un détail soit surajouté ou manquant. Pour rester dans le même domaine, un cheval pourra passer sans s'émouvoir à côté d'une voiture à l'arrêt ou en mouvement, et s'inquiéter devant une carcasse d'automobile à laquelle on aura enlevé les roues. Les situations inconnues l'inquiète également, bien des chevaux sont perturbés la première fois qu'on les fait monter dans un camion et qu'ils ressentent les trépidations, les virages, et aperçoivent par une vitre des objets filants à grande vitesse. L'homme garde aussi pour le cheval une part d'inconnu. Non seulement, il fait partie des espèces prédatrices, mais son comportement, mu par d'obscures raisons aux yeux de l'animal, est d'une trop grande variété pour ne pas I'inquiéter.

Les Mouvements du à la peur ou à la crainte : Il peut y avoir, selon les cas, écarts, fuite ou encore il peuvent se cabrer.
Naturellement tous ces signes ne se trouvent pas toujours réunis. De plus certains d'entre eux, comme les ronflements et les tremblements des membres peuvent témoigner, tout bonnement, d'une simple excitation
Le corps se raidit et se met à trembler
Les yeux s'agrandissent et peuvent laisser voir la sclérotique et rouler en tout sens
Les battements de son coeur s'accélèrent
Le souffle est brusquement coupé, puis la respiration devient à la fois plus lente et plus irrégulière, avec des inspirations brusques suivies de longues expirations ; les naseaux s'élargissent, et si la peur est intense, le cheval fait entendre à chaque expiration une sorte de ronflement persistant.

LES REMEDES
Tout d'abord, il faut éviter de surprendre un cheval (mais la je ne vous apprend rien !) d'abord parce qu'un animal surpris peut répondre par un réflexe de défense dangereux pour l'homme, mais aussi parce que si l'habitude de la souffrance endurcit contre la souffrance, l'habitude de la peur joue en sens inverse, et fait que le cheval souvent surpris sera sans cesse sur le qui vive et deviendra de plus en plus nerveux, inquiet même lorsqu'il n'aura pas de raison de l'être. Il est essentiel avec un jeune cheval que l'approche de l'homme ne soit pas une cause d'appréhension (l'idéal c'est qu'elle soit source de plaisir).
Pour cela, il faut :
- Prévenir votre cheval de votre présence en lui parlant à voix douce et de plus en plus câline à mesure que vous l'approchez
- L'aborder sur le côté en raison du champ visuel latéral
- Élever la main lentement, non vers la tête, mais vers l'épaule et la caresser tout en parlant. Si le cheval fait un mouvement de recul lorsque vous approcher votre main vers sa tête, il est nécessaire de tout les jours lui caresser l'épaule en remontant vers la joue sans rompre le contact et en douceur, afin qu'il comprenne que vous n'êtes pas un danger pour lui
- Si votre cheval est craintif, vous devrez vous même être très détendu, ceci afin de pouvoir rassurer votre animal par la voix et les intonations diverses du moment qu'elles soient descendantes.
Mais pour conclure, dîtes vous qu'un cheval est imaginatif, curieux, affectueux, généreux, qu'il possède une mémoire étonnante, qu'il adore jouer que ce soit avec ses "copains" qu'avec vous même ou encore tout seul avec un jouet dans son box,, qu'il est attentif, émotif, observateur, vigoureux, travailleur. En résumé je ne puis vous certifier que le cheval est un animal absolument fantastique pour ceux et celles qui se donneront la peine de le comprendre et surtout de l'aimer
compteur pour blog

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×