Annuaire equestre Annuaire équestre listé dans la catégorie Soins du cheval : Associations de sauvetage de chevaux
Google

le tenia

LE TENIA


Longtemps sous estimées, les infestations par les ténias sont de plus en plus fréquentes. Le plus souvent, elles passent inaperçues car elles demeurent asymptomatiques (elles ne présentent pas de signes cliniques), pourtant, elles ne sont pas à prendre à la légère. Les risques sont liés aux vers adultes qui perturbent le fonctionnement du cæcum (partie de l’intestin) et peuvent engendrer une ulcération de la muqueuse, une congestion ou une hémorragie.


Les cibles préférentielles sont les chevaux de 6 mois à 2 ans et les juments de plus de 15 ans, vivant continuellement en prairie. Les éleveurs sont donc particulièrement concernés.


Qu’est ce que le ténia ?



Ténia est en réalité un terme impropre pour désigner ce parasite du cheval.


Il fait partie de la classe des cestodes, appartient à la famille des anoplocéphalidés, et compte trois espèces, parasites des équidés (Perfoliata, Magna, Mamillana). La première vit à l’état adulte principalement dans le cæcum, les deux autres, dans l’intestin grêle.
Anoplocephala perfoliata est sans conteste l’espèce la plus répandue, mais aussi la plus pathogène.



PHOTO 1 : Ventouses d’anaplocephala perfoliata



La taille des cestodes est variable : certains peuvent atteindre 30 cm de longueur (anoplocephala magna), d’autres ne dépassent pas 25 à 30 mm (anoplocephala perfoliata). Les parasites adultes sont des vers plats de forme rubanée, constitués de segments disposés en chaîne. C’est grâce à leur « tête », appelée scolex, qu’ils se fixent sur la paroi du tube digestif, alors que leur « corps » est flottant. Les anneaux, ou segments contiennent des œufs, ce sont ces anneaux qui seront rejetés dans le milieu extérieur, dans les crottins.


PHOTO 2 : A. perfolia est facilement reconnaissable



PHOTO 3 : : A. perfolia fixé à la muqueuse digestive


Le cycle du parasite







PHOTO 4 : Cycle du parasite



Les chevaux peuvent être infestés dès l’âge de 6 mois. Le cycle du parasite dure environ 3 à 8 mois. Les vers adultes libèrent des segments remplis d’œufs, dans les crottins. Ces œufs sont ingérés par des acariens terrestres coprophages. Ils évoluent alors en 2 à 4 mois, en larves infestantes : les cysticercoïdes. Les chevaux s’infestent par ingestion des acariens présents dans l’herbe : le ténia concerne donc essentiellement les chevaux vivant en pâturages.


Les acariens hôtes mesurent à peine quelques millimètres, et vivent principalement dans les prairies humides avec humus, et riches en mousse. Leur activité augmente par temps chaud et humide (essentiellement au printemps et en automne). Ils résistent aux basses températures l’hiver.


Les signes cliniques




PHOTO 5 : Dégradation du cheval qui ne profite plus de la nourriture qu’il ingère


Même si l’infestation est fréquente, peu de chevaux vont manifester des signes cliniques car la charge parasitaire est en général faible. En revanche, si les parasites sont nombreux, ils peuvent susciter divers troubles digestifs, une certaine dénutrition, jusqu’à l’apparition de coliques à répétition, par obstruction du tube digestif, et à la perforation du cæcum.


Le risque de colique spasmodique augmente avec le nombre de vers présents.


On constate également des ulcères (aux points de fixation) et des distensions de la paroi intestinale.



PHOTO 6 : Ulcération et congestion de la muqueuse intestinale


Méthodes de diagnostic

Les examens coproscopiques (analyse des crottins) permettent d’évaluer le niveau de contamination par comptage des œufs.

Ce test présente toutefois certaines limites :

Il ne permet pas d’estimer la gravité de l’infestation des chevaux. En effet, il n’existe pas de corrélation fiable entre le nombre d’œufs présents dans les crottins et le nombre de parasites adultes infestant le cheval.

En cas d’infestation légère, un examen isolé, peut ne pas révéler la présence de ténia.

Les tests sérologiques permettent de détecter, puis de quantifier le niveau d’infestation.

Traitement

Tableau récapitulatif des vermifuges courants et leur activité sur les ténias :













MOLECULES


ACTIVITE



VERMIFUGE


(NOM USUEL)


Praziquantel


OUI


-Ténivalan


-Droncit 9% pâte


Pyrantel


OUI (à dose x 2)


-Strongid


-Horseminth


Moxidectine


NON



Ivermectine


NON



Niclosamide


OUI


Bithionol


OUI


Dichlorophène


OUI


Bunamidine


OUI


Febantel


NON



Fenbendazole


NON



Trichlorfon


NON



Mébendazole


NON



Oxibendazole


NON



Pipérazine


NON


* Autorisation de Mise sur le Marché

Il est conseillé de vermifuger les jeunes chevaux contre le ténia 6 semaines après la mise au pâturage. Pour cela, il est nécessaire de les rentrer afin de détruire les crottins, de façon à éviter la dispersion des œufs. L’ensemble des chevaux devrait être traité, au moins une fois par an, de préférence en hiver.

Parallèlement, l’entretien des pâturages est nécessaire : drainages et chaulage sont recommandés.

Enfin, n’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire.

compteur pour blog

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×