Annuaire equestre Annuaire équestre listé dans la catégorie Soins du cheval : Associations de sauvetage de chevaux
Google

les plaies

La gale de boue (brain-storming)

gale de boue

Voilà encore un terme 'généraliste' qui recouvre toute un série d'affections d'origine différente.

Définition

On qualifie de 'gale de boue' (GDB) les problèmes cutanés situés au départ au creux du pâturon.

Ces affections peuvent apparaître tout au long de l'année, et la multitude de leurs origines fait qu'elles ne sont pas toujours liées à l'état boueux du terrain.

Les chevaux le plus souvent affectés sont soit les chevaux au poil très fin (style pur sang, arabe etc ...) ou les chevaux aux fânons abondants (genre cheval de trait).

Différentes origines:

L'eczéma du pâturon

La peau sensible des pâturons qui 'macèrent' dans un environnement humide et 'pas très propre' s'irrite. La peau se crevasse (un peu comme les mains gercées), et tout environnement 'abrasif' (sable, paille etc ..) ne fait qu'envenimer le problème. Ce qu'on baptise "gale de boue " est le plus souvent un "eczéma du pâturon" qui peut être dû à "dermatophilus", "fusobactérium" ou "staphylococcus" (bactéries et champignons).Ceux-ci s'installent dans ce paradis 'humide et chaud' et prolifèrent. Si les premiers symptômes se limitent à quelques croûtes dans le creux du pâturon la suite se traduit par une inflammation de la zone infestée avec gonflement et éventuelle boiterie.

Traitement:

La première chose à faire c'est de rétablir des conditions de vie adéquates pour le cheval atteint. C'est à dire ne plus le mettre dans une prairie boueuse, augmenter l'hygiène du box, ne pas le faire travailler dans une piste en sable. Ces dispositions doivent être respectées scrupuleusement jusqu'à guérison complète et des mesures préventives devront être prise lors de chaque sortie 'à risques'.

En ce qui concerne le traitement à proprement parler:

Le lavage à l'eau claire, c'est pas mal mais  pas suffisant: l'idéal, c'est de l'eau tiède avec de l'IsoBétadine rouge, à l'effet antiseptique. Le savon de Marseille est pas mal non plus.

Une fois la zone à risque nettoyée on y appliquera quotidiennement (ou bi-quotidiennement) un 'remède' approprié.

- si il n'y a pas encore de lésion franche mais juste quelques croûtes on pourra utiliser les même traitements que pour la DERE

- si les crevasses sont déjà apparue on utilisera au choix

    - de la pommade isobétadine

    - de la pommade cicatrisante

    - du new-derm ou toute pommade pour 'fesses de bébé' à l'oxyde de zinc

    - de la pommade antibiotique

 

La gale de boue par infestation d'acariens

Différents acariens peuvent entrer en jeu

-"chorioptique" ("pattes à jus" bien connues des chevaux de trait poilus des pattes). -"démodécique"= peu fréquente :alopécie, desquamations, papules et pustules, très difficile à soigner -"psoroptique"=due à un acarien de l'oreille du lapin; hypersensibilité au niveau de la tête, écoulement auriculaire (oreilles qui "tombent"), démangeaisons au niveau de la queue, de la crinière et du corps (touche surtout les oreilles-même chose que la gale auriculaire des chiens ou des chats) TOUTES les gales vraies sont prurigineuses !

J'ajouterais à titre personnel que je soupçonne les aoûtats d'être à l'origine de la 'gale de boue'  qui réapparaît en plein été lorsque le sol est particulièrement sec.

De prime abord les symptômes se ressemblent mais on soupçonnera une infestation d'acariens si les mesures d'hygiène et le lavage à l'isobétadine n'apporte pas une amélioration en quelques jours ou si aucun éléments extérieur ne justifie l'apparition de crevasses.

Le traitement sera alors à base d'acaricide. Le mieux est alors de faire un petit prélèvement de la zone atteinte et de demander un examen au vétérinaire qui prescrira le traitement le plus adapté. Les acaricides sont efficaces mais au plus ils sont efficace au plus ils sont nuisibles à l'environnement et éventuellement même toxique pour l'animal en question (cf le Lindane). Il est donc indispensable de mettre en place une stratégie adaptée au problème.

Je vous  propose les principes actifs suivants:

-CROTOXYPHOS à 0,25 %, médicament de choix, répéter le traitement plusieurs fois à 10 jours d'intervalle. -Efficacité satisfaisante du CHLORFENVINPHOS à 0,1% -DIAZINON à 0,1% réduit le nombre d'acariens et procure une amélioration passagère (Ca, je connais , on l'utilise pour les poux !) -Les autres insecticides ne sont pas aussi efficaces

TRAITEMENT GENERAL

L'Ivermectine par la bouche (vermifuges....)améliore l'état de la peau en 4 à 7 jours. Renouveler le traitement au bout de 6 à 8 semaines. Une résistance semble se développer.

J'ai tester et   utiliser du Sarnacuran sur conseil de mon vétérinaire mais sans trop de succès.

Prévention:

Elle est indispensable pour tous les chevaux à risques:

Pour les chevaux à peau fine  qui risquent de présenter de l'eczéma du pâturon on veillera à la propreté de la litière.

Quand ils sont exposé à du terrain boueux ou abrasif on tentera de protéger la zone à risque par des guêtres de paddock (paddock boots) qui englobent le pâturon  et évitent à la boue de s'installer, on peut aussi tartiner généreusement l'endroit avec une crème grasse genre vaseline.

Au retour on lavera soigneusement le creux du pâturon en veillant à la sécher complètement

En ce qui concerne les attaques d'acariens on appliquera régulièrement une couche d'acaricide

il existe des traitements de fond pour les pâtures et autre paddocks qui éliminent les acariens, ils ne sont pas, à ma connaissance, utilisés ailleurs que sur les cultures car leur action n'étant pas ciblée ils 'tuent' indifféremment les mauvais acariens mais aussi les 'bons' qui participent à l'équilibre écologique de la pâture. A manier donc avec précaution

 

Débat:

Retirer les croûtes ou pas?

C'est un choix, sachant que les retirer peut créer des micro-plaies, qui sans une couche de crème renouvelée fréquemment, seront des portes ouvertes pour les microbes en tt genres, d'où ptêt risque de lymphangite, ou d'inflammation et de gonflement des membres (assez courant).

D'autre part ne pas retirer les croûtes du tout risque de laisser les 'sales bébètes'  sur la zone atteinte, bien protégées par la croûte et rendant tout traitement inopérant.

Le moyen terme sera probablement de 'ramollir' la peau et de faire partir les croûtes qui se détachent facilement et ce jusqu'à ce que toute la jambe soit de nouveau saine.

Tondre ou pas ?

Les poils du fanon ont pour rôle premier de servir de 'gouttière' à l'eau qui s'écoule sur les jambes (pluie, douche etc ...) et donc à protéger la 'cuvette' du creux des pâturons afin justement d'éviter la macération à cet endroit. Couper net ces poils correspond à ouvrir la porte à la gale de boue. Par contre on peut les désépaissir afin de rendre la zone à risque plus 'accessible' ou d'enlever les poils du fanon qui n'auraient pas la bonne implantation et enverraient l'eau dans le creux du pâturon au lieu de la dévier.

Sur certains chevaux de trait la tonte est quasi inévitable, tellement leurs fanons sont fournis , offrant ainsi un lieu d'accueil privilégié aux acariens et barrière difficilement franchissable pour le traitement.

 

Une complication de la gale de boue : LA LYMPHANGITE







- Traitement homéopathique complémentaire :
  • Arsenicum album 15CH : 1 dose à renouveller 1 fois par semaine, si besoin.
  • PVB Drainage hépatique : 2 ml. matin et soir pendant 3 semaine, à renouveller pendant 1 semaine à chaque changement de saison.
  • Si c'est une forme séche :
    • Berberis 5 Ch + Pix liquida 5CH + Sélénium 5CH + Ledum palustre 5CH (en solution à faire préparer) : 40 à 60 gouttes à donner 2 fois par jour pendant 3 semaines.
  • Si c'est une forme humide :
    • Sulfur 7CH : 10 granules matin et soir pendant 5 jours.
    • Mezereum 7CH et Viola tricolor 5CH : 10 granules de chaque produit marin et soir pendant 15 jours.
    • Thuya 9CH : 1 dose par semaine pendant 2 mois.
  • Si des complications bactériennes sont à craindre (présence du liquide jeune et collant) :
    • Pyrogenium 7CH : 10 granules matin et soir pendant 4 jours.
  • Si le cheval est sensible à cette infection et que les démangeaisons, sans raison apparente, le rendent plus nerveux :
    • Arsenicum album 15 CH et Sulfur 15CH : 1 dose toutes les semaines en alternance.


compteur pour blog

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×